Amandine Buchard semble prête pour les Jeux

Amandine Buchard semble prête pour les Jeux

Encore une médaille d’or pour Amandine Buchard au Grand Chelem de Tachkent, mais elle a dû travailler dur et elle est finalement sortie victorieuse dans la catégorie -52 kg, à la hauteur de la tête de série.

Tout le monde aurait pu s’attendre à ce que Buchard vaque à ses occupations contre Kenya Perna (ITA) en huitièmes de finale de la catégorie -52 kg, mais elle a été réveillée par l’Italienne, qui a remporté un waza-ari avec un excellent sumi-gaeshi. . Perna, cependant, a été avertie avant cela et n’a pas pu conserver son avance, sortant avec trois pénalités.

Buchard, médaillé d’argent olympique à Tokyo, s’est mis dans le rythme contre Aleksandra Kaleta (POL) et a obtenu un waza-ari via seoi-nagi avant de sceller l’affaire avec un deuxième waza-ari sans accroc. Une autre victoire facile contre Kokoro Fujishiro (JPN) en quart de finale a été suivie d’un ippon en demi-finale contre la quatrième tête de série et numéro 10 mondial Bishrelt (EAU) en demi-finale.

En finale contre Gulkhayo Juraeva, tête de série vingtième, un waza-ari chacun ; c’était en effet une ouverture de finale électrique entre Buchard et Juraeva. La star française n’avait cependant pas l’air de son état habituel. En fin de compte, c’est un ashi-waza qui a aidé Buchard. Elle a réussi à surprendre Juraeva, à réaliser le waza-ari-awasete-ippon et à remporter le titre.

Juraeva doit être l’histoire du groupe de poids de la poule C, où elle a surpris de grands noms en route vers la finale. Lors de son premier combat, un golden score waza-ari a éliminé Micaela Sciacovelli (ITA) avant qu’un seoi-otoshi ne s’occupe de la douzième tête de série Fabienne Kocher (SUI). Un o-goshi et un yoko-shiho-gatame ont aidé la judoka ouzbèke à décrocher un waza-ari-awasete-ippon contre Glafira Borisova (AIN) en huitièmes de finale. Mais son plus gros scalp, dans les phases préliminaires, était en quarts de finale. finale contre la médaillée de bronze olympique de Tokyo et deuxième tête de série Chelsie Giles (GBR). Elle a organisé une rencontre avec Buchard après la défaite de Sosorbaram Lkhagvasuren (MGL) en demi-finale.

Le manque d’expérience de Fujishiro s’est révélé lors du premier match pour la médaille de bronze, puisqu’elle a été contrainte de commettre des erreurs. Lkhagvasuren a compris que son adversaire japonais était sous pression et a accepté le cadeau avec joie. Trois shidos signifiaient que Fujishiro était éliminé.

Dans l’autre match pour la médaille de bronze, Giles a commencé fort et a presque eu un osoto-gari en sa faveur contre Bishrelt. Cependant, cette approche a valu au judoka britannique deux pénalités. Bishrelt en a également récupéré un, mais il était comparativement plus en contrôle. Le combat devait se régler en golden score et les deux athlètes se concentraient sur les jambes pour marquer leurs points. Plus d’une minute plus tard, Bishrelt écopait d’un autre penalty, alors que Giles prenait de l’ampleur. Trois minutes et demie après le début du golden score, Giles a assuré la place sur le podium alors que son adversaire recevait un autre shido.

Lkhagvasuren elle-même a connu une journée mouvementée, éliminant la troisième tête de série Mascha Ballhaus au Golden Score, suite à une performance sujette aux erreurs de l’Allemand au deuxième tour. Paulina Martinez (MEX) était la suivante, mais un juji-gatame à couper le souffle a suffi à Lkhagvasuren pour la dépasser. Une combinaison d’ashi-waza a permis à Sofia Asvesta (CYP) de se voir montrer la porte en quart de finale.

Astride Gneto (FRA), cinquième tête de série, est tombée face à Bishrelt en quart de finale de la poule B lorsqu’elle a été choquée par un sasae-tsurikomi-ashi. Malgré sa défaite en demi-finale, la judoka émirienne pourrait encore se retrouver sur le podium si elle parvenait à prendre le dessus sur Giles. Pendant ce temps, une médaille de bronze surprise était prévue avec Fujishiro et Lkhagvasuren face à face.