Son histoire est plus importante que le judo qu’elle a défendu, car c’est une histoire de lutte pour la justice, de lutte pour l’égalité, d’avoir un esprit indomptable, de ténacité et bien plus encore, mais le judo est là où tout commence.

La fille de Rusty, Jean Kanokogi, Ph.d., un 5e dan in Judo elle-même, et co-auteur du livre récemment publié Lève-toi et bats-toiun mémoire de la vie de Rusty, m’a parlé de sa mère pionnière et d’être la gardienne du prodigieux héritage de sa mère.


L’histoire commence en 1955. Le monde était alors différent, et le monde des arts martiaux était différent aussi. Il n’y avait pas de centres commerciaux avec des écoles de karaté à chaque coin de rue. Alors pourquoi Rusty, un enfant des rues de Coney Island, a-t-il commencé à étudier le judo ? « Elle a eu une éducation difficile et s’est beaucoup battue dans la rue. Elle a rencontré un ami qui lui a montré cette magie qu’il pouvait simplement la prendre sur sa hanche avec un contrôle total et elle a été étonnée. Malheureusement, il n’y avait pas de femmes dans les années 40. ou alors un cours de judo masculin au YMCA, mais elle a persisté, et ils l’ont laissée rejoindre le cours. »

Le moment charnière et déterminant de la vie de Rusty a été le tournoi de judo du YMCA, où l’ippon serait le début et non la fin. Jean raconte l’histoire. « Elle avait toujours son gi de judo avec elle, alors cette fois, elle s’est rendue au tournoi par équipe du YMCA d’Utica pour encourager son équipe et lorsqu’un de ses coéquipiers a été blessé et n’a pas pu concourir, Rusty a été mis à sa place. Elle avait les cheveux courts et était bien bâtie et 5’9 « pour que personne ne sache qu’elle était une femme. Elle a fait un pas supplémentaire et a mis un bandage d’as autour de sa poitrine pour mieux se cacher. Son entraîneur lui a dit d’obtenir juste un score égal mais elle a claqué son adversaire et a gagné. Plus tard, les officiels du tournoi ont découvert qu’elle était une femme et lui ont fait perdre sa victoire méritée au risque de perdre l’équipe. Elle a décidé à partir de ce moment qu’aucune femme ne devrait plus jamais subir une telle indignité et a décidé puis et là qu’elle allait faire des changements.

Loin d’être intimidé par l’événement YMCA, Rusty a voulu en savoir plus et est allé au Japon en 1962 pour étudier le judo au Kodokan. « Elle a commencé du côté des femmes du dojo qui était toute la pratique de la forme kata et a vraiment appris ses formes. Elle a apprécié la perfection de la position du corps et a vraiment vu quelques fondements du mouvement judo à travers cette expérience. Elle voulait aussi un peu plus de judo full contact, quelque chose de combatif. Elle a persisté et a été admise dans la section d’entraînement masculin du dojo international où elle s’est entraînée avec des légendes du judo et des grands comme Jim Bregman, Ben Nighthorse Campbell, Brian Jacks et Anton Geesink. Il y avait tellement de partenaires d’entraînement incroyables et chaque jour, elle a maintenu un esprit de combat élevé et a été projetée en continu pour embrasser le mantra tomber 7 fois et se relever 8 fois. »

Kanokogi rouillé

Rusty a intériorisé ses cours à l’école légendaire et a développé son propre style d’enseignement. « Elle a enseigné plus que l’aspect physique du judo. Elle a enseigné la philosophie enseignée par les ancêtres et le père du judo, le professeur Jigoro Kano. Elle a appris chaque jour et a transmis son apprentissage à ses élèves. Elle attendait plus de ce que vous pensiez que vous étaient capables de donner. Elle vous a poussé fort à être une bonne personne, une athlète et une bonne compétitrice de judo. L’esprit sportif, l’honneur et la forme physique ont été incorporés dans chaque entraînement. Son style d’enseignement était un peu entre l’est et l’ouest. Son style japonais ancré de technique couplée à son attitude de coup de pied de Brooklyn était la façon dont elle a enseigné et entraîné. »

Voulant s’assurer que les femmes en judo aient autant d’opportunités que les hommes, Rusty s’est donné pour objectif d’avoir le judo féminin aux Jeux olympiques. L’une des conditions préalables de l’instance dirigeante olympique était d’avoir un championnat du monde, et donc en 1980, sur les revenus d’un propriétaire d’école d’arts martiaux, un objectif déterminé et l’incapacité de jamais abandonner, elle l’a fait. L’événement a eu lieu au Madison Square Garden et a été financé par tous les moyens possibles, « Elle a trouvé des sponsors, elle a vendu des billets pour le Garden, elle a roulé et vendu. » L’événement a attiré des compétiteurs du monde entier et a lancé le mouvement de progrès irrésistible qui pousserait le judo féminin plus près de devenir une épreuve olympique.

Grâce au dévouement infatigable de Rusty et à sa poursuite incessante du prix avec des pétitions, des poursuites et du judo appliqué à la bureaucratie, le judo féminin a été inclus comme sport d’exhibition aux Jeux olympiques de 1988 à Séoul. En 1992 à Barcelone, enfin, le judo féminin a été inclus comme événement olympique officiel avec Rusty comme entraîneur de l’équipe. Jean décrit le moment incroyable de Rusty après des décennies de lutte,« Elle flottait dans les airs. Elle a décrit le fait d’avoir pénétré dans ce stade comme sa médaille d’or. »

Lisez le reste de l’histoire dans la partie 2 de American Samurai, à venir demain sur BlackBeltMag.com